Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Publié par Nadine

 


Citation de Jean Giono sur un panneau du musée (Photo Nadine)

Créé en 1985, le Musée des Arts et Traditions Populaires de Draguignan rassemble d'importantes collections d'ethnographie régionale. Le musée invite à découvrir les activités de la Dracénie et de la Provence Varoise : oléiculture, viticulture, transhumance, chasse, fêtes, etc... Installé dans les vieux quartiers de Draguignan, à proximité d'un ancien moulin à huile, ce musée jouit d'une grande renommée. Sur 1 000 m2, son parcours de visite montre des objets de la société varoise traditionnelle. Sa galerie des machines revient sur les débuts de la mécanisation de l'agriculture en Provence. Issues des recherches menées par l'équipe du musée, des expositions temporaires présentent régulièrement des thèmes mettant en exergue un aspect du patrimoine culturel provençal d'hier et d'aujourd'hui (sériciculture, poterie, transhumance, pierre sèche, etc...).
L'ensemble des bâtiments appartenait autrefois à la Congrégation religieuse de la Miséricorde du Bon Pasteur. Celle-ci avait acheté en 1818, des maisons des XVIIe et XVIIIs siècles, ainsi que l'hôtel particulier de la famille de La Motte pour y installer un noviciat, un pensionnat de jeunes filles et diverses oeuvres. La chapelle du Musée accueille régulièrement des événements culturels. Ses jardins, où l'on peut admirer un imposant olivier, complètent la visite.
Une médiathèque abrite plus de 2000 ouvrages spécialisés dans l'ehtnologie régionale et nationale, les techniques, l'artisanat, l'agriculture, l'outillage, etc... Le musée conserve également la totalité de l'ancien fonds bibliographique de la Société d'Agriculture du var, plusieurs centaines de références apportant un éclairage précis sur l'évolution de l'activité agricole et pastorale dans le département. Son pôle image conserve plus de 30 000 images constituant une véritable mémoire photographique du Var. Le musée organise des conférences, des rencontres, des ateliers pédagogiques et des sorties sur le terrain. Une boutique propose aux visiteurs des produits régionaux, les livres sur la Provence, de la poterie de Salernes et Villecroze et des foulards au motifs provençaux...

Source : Catalogue de l'exposition Vaincre les saisons - conservation traditionnelle des aliments en Provence

 


Différentes poteries (Photo Nadine)

Un lifting. C'est l'oeuvre entreprise actuellement et pour plusieurs mois, voire des années, au musée des Arts et Traditions Populaires de Draguignan afin de rajeunir la présentation des objets et de l'adapter aux critères de la muséologie contemporaine.



Moulin à huile (Photo Nadine)

Un très important travail de récolement (un récolement est une opération de contrôle au sein de la collection d'un musée ou une opération de contrôle de la présence de documents dans un local d'archives, dans une bibliothèque ou dans un centre de documentation)est actuellement en cours, sous la direction de la responsable, Alexandra Allione avec la collaboration d'Elodie Combe, médiatrice culturelle. Cela consiste en un inventaire des 16 000 pièces présentes dans le musée dont 3 500 en vitrine, afin de vérifier leur état, tout en les comparant au catalogue existant.

Depuis 2006, le récolement est obligatoire pour de tels musées, à effectuer tous les dix ans. Plus tard, les vitrines et les présentations seront repensées afin d'offrir au visiteur une exposition plus claire, plus didactique et plus moderne des superbes collections qui enrichissent le musée depuis des années (Note de Nadine : ce musée est incontournable. Parfois quand j'entends des gens me dirent qu'ils n'y sont jamais allés alors qu'ils habitent tout près, cela me hérisse. Ils ne savent pas ce qu'ils manquent : ce musée est le lieu de conservation de notre patrimoine ethnologique, culturel, religieux, etc... un lieu de mémoire, c'est l'un des plus beaux musées de France. Lorsque je travaillais, je m'y rendais régulièrement car il y a une bibliothèque très riche et j'en profitais pour admirer les collections même si je les avais déjà vues de nombreuses fois. Quand on est dans ce musée on a l'impression d'être ailleurs, de remonter le temps. Un conseil : allez-y, cela vous sortira de votre quotidien).

Ce magnifique musée a vu le jour à l'initiative principale d'Yves Fattori, désormais président de l'association de sauvegarde des Arts et Traditions Populaires (ATP).
Cette véritable institution dracénoise et provençale accueille jusqu'à 1 500 visiteurs par mois, durant l'été. Depuis 2006, cet établissement classé "Musée de France", dépend de la Communauté d'agglomération dracénoise (CAD) et les collections ont elles-mêmes été transférées à la CAD en 2007.

Ces collections proviennent en grande partie de dons de particuliers, de toute la région, mais le musée achète parfois des pièces.


La cuisine provençale reconstituée (Photo Nadine)

"Nos projets vont notamment consister à faire porter nos efforts sur la conservation préventive", précise Alexandra Allione qui résume : "Il y a encore de l'artisanat et de la vie sur notre territoire, mais on doit faire des liens avec le présent". Pour Élodie Combe : "Il s'agit d'arriver à faire vivre les collections, en se reliant à la Dracénie d'aujourd'hui".

Vaste et ambitieux programme pour une valorisation des collections qui devrait redonner une nouvelle jeunesse au musée.

Il reste que celui-ci propose aux visiteurs et aux chercheurs une somme incroyable de documents et d'objets, de l'antique rouleau à dépiquer le blé, à l'alambic qui servait à faire de l'alcool à partir du marc de raisin, en passant par les céramiques de Moustiers, les tomettes de Salernes, la cordonnerie, les boules cloutées (les hommes tournaient, les femmes cloutaient), les chevaux fous enfourchés par les enfants lors des fêtes de village, la verrerie, etc... Vous y verrez un moulin à huile reconstitué, un atelier de bouchonnerie (collection Pontet de Trans), une magnanerie, une cuisine provençale, etc...



Ne ratez surtout pas non plus l'exposition temporaire, qui est visible
jusqu'au 31 décembre 2008, sur le thème "Vaincre les saisons".
On y découvre, des anciens à nos jours, les méthodes de conservation des aliments. 
"Les gens passaient l'été à préparer l'hiver" raconte Élodie Combe.



L'exposition, qui évoque les habitudes alimentaires actuelles avec les caddies de supermarché et les produits jetables (sacs en plastique...), pointe aussi les coutumes de conservation de nos ancêtres qui vivaient de leurs productions, dont ces oeufs conservés pendant 6 mois dans de l'eau de chaux et, bien évidemment, la découverte de la stérilisation et de la mise en boîtes de conserves, sans oublier les salaisons de viandes et de poissons.
Pour finir avec les frigos et les chambres froides, réservées, voici un siècle, aux commerçants (bouchers, bistrotiers, etc...).

L'exposition fait la part belle aux ressources d'alors, basées essentiellement sur la chasse (on mangeait rouges-gorges, champignons, escargots et fleurs sauvages).

Plus loin, la visite se poursuit avec l'atelier du ver à soie, nourri des feuilles du mûrier. Les dernières magnaneries datent des années cinquante.

Enfin, sachez qu'en 2009, le photographe dracénois Joël Levillain (Note : qui travaille aux Archives départementales et que je connais) va présenter une exposition sur le thème "Tout près, très loin", avec des clichés minimalistes et maximalistes.
Vu de près, vu de loin.
Le musée des ATP est en tout cas à visiter de très près.
Il est une vitrine sur notre passé.

Source : D'après un article paru dans le journal Var-Matin et arrangé par moi-même.

Pour en savoir plus sur le musée, cliquez

ICI


 

Chambre provençale (Photo Nadine)

Je remercie Alexandra Allione de m'avoir autorisée à prendre des photos et à les diffuser.

 

Commenter cet article

binicaise 23/09/2008

Magnifique reportage sur ce musée que j'aimerai beaucoup voir.Je suis contente de découvrir votre blog, courage pour affronter cette chienne de maladie dont mon beau frère est également atteint.Bonne journée Jacqueline

sido 23/09/2008

Eh bien Nadine, gràce à toi plus besoin de faire la queue le jour du Patrimoine, tout nous est offert sur un plateau d'écran. Merci pour la visite. Bises.

lucie portal 23/09/2008

Comme d'habitude, le reportage sur ce musée est superbe et les photos aussi.Cela nous donne envie d'y aller.mais après tout, on a tout vu avec ton beau diaporama.merci Nadine.On espère que ta santé va meiux; On pense beaucoup à toi.Bisous de Lucie et des cybermamys

mamy ANNICK 23/09/2008

tu nous sers de guide pour la journée du Patrimoine, très bon reportage - j'espère que tu vas mieuxbonne soirée Mamy ANNICK

béa kimcat 25/09/2008

recoucou nadineil est important de garder les traditions en mémoire...Au fait mon époux s'appelle Georges égalementbéa kimcat